Gaston !

 

Une autre invention de Gaston...
Une autre invention de Gaston…

Est-ce que mon petit neveu trop mignon-dodu-chubbynou-d’amour aurait eu la chance de rencontrer Gaston Lagaffe, son chat, sa Mademoiselle Jeanne et sa ribambelle d’invention loufoque sans sa tante gaga de livre en tout genre qui lui forcera les bd entre les mains à la seconde où il saura distinguer un A d’un B? Sans doute, parce que mon neveu est le plusss meilleur. N’empêche, Gaston a rejoint depuis un moment les rangs des personnages de BD mythiques que seuls les fans vieillissants venus de cette époque sans Internet apprécient. Du moins est-ce ma lecture un peu mélancolique à propos de ces bandes dessinées européennes qui ont accompagné mon enfance.

Il sévit depuis 1957, ce Gaston, alors on affirmer qu’il y a de l’espoir, bien que son auteur ne soit plus de ce brave monde.

Prudence sur la route, on circule lentement.
Prudence sur la route, on circule lentement.

M’enfin, faut le découvrir, ce brave Gaston ! Personnage fétiche de Franquin, il a parcouru les pages du Journal Spirou et son parcours jusqu’à la bande dessinée est rien moins qu’exceptionnel, sinon un brin complexe. Ceci étant dit, hop, une pile de Gaston et une place au soleil, c’est tout ce que je demande cet après-midi !

 

 

Viva papa!

 

Michel Régnier, dit Greg, était de cette cohorte de bédéiste géniaux des années qui ont marqué l’histoire de la bande dessinée. Achille Talon est un personnage verbeux, ventru et désopilant. Et l’album où le génie rhétorique de Greg atteint son apogée, c’est sans conteste Viva Papa !

Pour vraiment apprécier cet album, l’idéal est d’avoir lu quelques albums, voir quelques planches. juste pour se familiariser avec les personnages et le verbe surélevé de M. Achille Talon. Ensuite, il reste à savourer!

Mon exemplaire est usé. Je souris pendant 47 pages, j’anticipe le phylactère qui me fera rire aux éclats, je découvre encore des mots épiques. D’ailleurs, zou, tiens, je me le relis sur l’heure du lunch!

Achiile. Talon. Greg. Bande dessinée
Première planche – Viva papa !

Jeunauteur

Dix ans que la BD de Stéphane Dompierre et Pascal Girard a trouvé un coin sur les tablettes des librairies. Un long moment depuis que j’ai écrit ce bout d’article à propos de ce charmant personnage d’écrivain aux prises avec la vie… d’écrivain.

Les critiques ont été dithyrambiques, autant pour le premier que le second tome. Ajouter mon grain de sel à cette pléthore de compliments m’apparait un brin futile, mais je vais tout de même sévir : j’adore cette B.D., pour la simplicité très efficace du dessin de Pascal Girard autant que pour l’humour comme toujours savoureux de Stéphane Dompierre.

Jeunauteurs, tomes 1 et 2, publiés respectivement par Québec-Amérique en 2008 et 2010, c’est un cadeau à se faire et à offrir à ceux qu’on aime. Inutile de dire que ces BD n’ont pas pris ne serait-ce qu’une ridule.

Longtemps cette BD petit format est restée sur la table à café, où les copains-copines l’ont feuilleté, toujours avec le sourire en coin, en attendant la prochaine bière ou parce que la conversation a pris une tangente moins intéressante.

Désormais installée dans la bibliothèque, loin des mains curieuses de ma petite amoureuse des livres (chiffonnée les pages, c’est son dada du moment), je reviens à Jeunauteur quand j’ai besoin de me sortir la bonne humeur d’une de ses cachettes préférées, six pieds sous l’actualité du jour ou terrassée par une énième lettre de refus.

À lire et relire, impossible de se lasser !

 

jeuneauteur

%d blogueueurs aiment cette page :